Association Ecologie et Démocratie Bienvenue sur le site de l'Association Ecologie et Démocratie, alias Le Vert Tronchois
ACCUEIL | ASSOCIATION | DÉCHETS | URBANISME | DÉPLACEMENTS | ENVIRONNEMENT | LIENS 23/10/2017 - 04:16
Mise à jour : 16 mars 2007
Traitement des déchets : le plan départemental ne sera pas efficace et trop coûteux
Réponse de l'association à l'enquête publique sur le PDED
Envoyer à un ami Imprimer

 

Comment, avec tout ce que l'on sait aujourd'hui, peut-on préconiser l'augmentation du "traitement thermique" comme solution au problème des déchets ?
Dans le domaine du traitement des déchets, la France est à la traîne, comparée à ses voisins européens et à bien d'autres pays dits développés (ex. l'Australie).

Nous ne pouvons plus ignorer les problèmes de santé publique liés au traitement thermique des déchets (autrement dit à l'incinération) et mis en évidence par un certain nombre d'études récentes (cf. par exemple l'étude de la DRIRE, du 22 juin dernier, transmise aux services de la DDASS).

Le Plan ici présenté ne permet pas de répondre à l'article L541 du code de l'environnement, puisqu'il retient comme solution essentielle l'incinération, les décharges, avec, dans certains cas, l'expansion et/ou l'augmentation des usines d'incinération.

Trois arguments majeurs nous conduisent à remettre ce plan en question :

I. Nous savons aujourd'hui que même les usines "nouvelle génération" émettront toujours des matières toxiques, dangereuses pour notre santé. Les sociétés qui les fournissent poussent à promouvoir ce procédé et les enjeux financiers sont considérables. Ceux-ci ne doivent, en aucun cas, primer sur la santé publique et environnementale.

II. Des norias de camions transportent des ordures émanant de communes éloignées, acheminées pour rentabiliser les incinérateurs. Cela entraîne :

  • une surexploitation et l'usure prématurée des fours, un accroissement des rejets toxiques pour les riverains, la flore et la faune (les riverains subissent un accroissement de pollution pour rentabiliser les fours !
  • des nuisances liées au transport
  • le coût des transports répercuté sur l'ensemble des ménages.

III. Les résidus de mâchefer, utilisés dans la construction des autoroutes, polluent les sols et les nappes phréatiques.

 

C’est pourquoi nous demandons que les politiques publiques abordent la question du traitement des déchets avec d’autres priorités.

1. Le tri et la réduction des déchets à la source :

  • favoriser le tri sélectif à l'aide de poubelles très différenciées comportant des pictogrammes explicites
  • favoriser la pesée individuelle (mettre une "puce" sur une poubelle ce n'est pas compliqué !)
  • former les personnels communaux et ceux chargés de l'enlèvement des ordures ménagères
  • développer les solutions alternatives : collecte des déchets à compost dans les zones non résidentielles et non rurales (ex. les immeubles), etc...
  • favoriser davantage le compostage
  • faciliter le dépôt des produits toxiques et polluants (peintures, solvants, …) dans des lieux appropriés et accessibles.
2. L'information du public sur la nécessité de ce tri et sur l'urgence vitale de la réduction des déchets, grâce à :
  • une communication adaptée et renouvelée périodiquement
  • des actions menées dans les écoles par des animateurs formés.

3. Qui paye quoi et pourquoi ?

La taxe d'enlèvement des ordures ménagères adossée à la taxe d’habitation est actuellement injuste et ne favorise pas la diminution des déchets à la source : il faut trouver un juste rapport entre production des déchets et taxation. La pesée individuelle nous semble le moyen le plus efficace à promouvoir en priorité car l’appel au porte-monnaie peut compenser momentanément un défaut de conscience citoyenne et écologique !

En conclusion

En France, des groupements de communes ont fait des efforts importants et avec des résultats conséquents en matière de tri, de réduction des déchets et de traitement des ordures : pourquoi pas nous ?
Des actions comme celles que nous réclamons ont été mises en place tant en milieu rural qu'au sein des villes. Qui peut encore affirmer que cela est impossible ?


 © Association Ecologie et Démocratie - Mentions légales Association Ecologie et Démocratie, alias Le Vert Tronchois Réalisation et maintenance : Fortissimots